f-35 2

http://www.portail-aviation.com/2014/09/perte-dun-premier-f-35-la-motorisation.html

Dix tonnes de plus qu’un Rafale : On appelle ça un fer à repasser !

Fer-a-repasser

La liste des anomalies détectées sur le F35

Le Logiciel du F35

La taille du logiciel embarqué du F-35 est évaluée entre 8 et 10 millions de ligne de code selon les sources. C’est une taille gigantesque pour un logiciel temps réel.

De tels logiciels existent au sol pour réaliser de la gestion classique, mais un logiciel embarqué est, normalement, beaucoup plus léger, en taille, et beaucoup plus complexe à mettre au point.

De plus il faut faire une ségrégation entre le logiciel «critique» et le logiciel normal car si, par exemple, le module «navigation» a une erreur fatale, il n’est pas envisageable que les commandes de vol ne répondent plus. Et il est bien évident que le logiciel critique demande plus de travail et de tests que le logiciel normal.

Une première difficulté vient de l’impossibilité d’augmenter indéfiniment la taille des équipes logicielles.

Ce point est illustré dans Les paradoxes de la productivité dans la production des logiciels de François Horn: «les mois et les hommes ne sont interchangeables que lorsqu’une tâche peut être divisée entre plusieurs travailleurs sans réclamer de communication entre eux» et «si n taches doivent être séparément coordonnées avec chaque autre tâche, l’effort augmente en n(n-1)/2. Dans des situations extrêmes ces activités supplémentaires font plus que compenser l’apport de travailleurs supplémentaires».

Bilan des hollandais.

http://www.rijksoverheid.nl/bestanden/documenten-en-publicaties/jaarverslagen/2014/01/28/jaarverslag-dot-e-f-35-2013/jaarverslag-dot-e-f-35-2013.pdf

L’effet-Système sur le JSF : démonstration par le canon

Depuis le 31 décembre 2014 (dans Daily Beast, relayé par Russia Today [RT] le 1er janvier 2015), on sait que le canon de 25mm à tubes rotatifs du JSF (dans ses versions F-35A et F-35B pour l’USAF et le Marine Corps) ne sera pas utilisable avant 2019 … Disons “avant au moins 2019” et ajoutons puisqu’il faut être précis s’il est jamais utilisable. L’affaire du canon n’est en effet qu’un tout petit glaçon représentant la partie émergée de l’iceberg, la partie immergée figurant une masse considérable, incroyablement complexe, encore plus indémêlable que le nœud gordien, avec des nœuds sans fin eux-mêmes nœuds gordiens de seconde zone pour seulement espérer au nœud gordien principal ; car l’on veut parler dans le chef de cette partie immergée, on nous aura entendu par avance, du software de l’avion de combat américaniste produit par Lockheed Martin ; car le JSF ne fonctionne entièrement, dans toutes les parties de son animation,de ses pirouettes, de sa vie même, que par la grâce de plus en plus suspecte de son software.

RT a eu l’heureuse idée de s’en aller interroger Pierre Sprey sur ce nouvel avatar du JSF. Il ne faut pas attendre un seul mot de réconfort de Sprey pour le JSF agonisant. Ce n’est pas son genre, parce que Sprey parle droit et dur. D’autre part, il a pour lui d’avoir un passé qui lui permet cette posture et ce langage, au contraire des nuées de petits scribouillards-Système que les trois lettres USA (et JSF, par conséquent) mettent dans des transes considérables. Sprey est un de la bande fameuse, ou qui devrait l’être, des “réformateurs du Pentagone” (Pentagon’s Reformers), dont le chef de file reste aujourd’hui Winslow Wheeler. C’était une bande de jeunes gens/jeunes experts révolutionnaires infiltrés au début des années 1970 dans le labyrinthe du Pentagone, avec l’idée de “réformer” la chose monstrueuse en espérant en faire autre chose qu’un producteur colossal de gaspillage. En 1973, à la faveur du bordel étourdissant créé par le Watergate (trois secrétaires à la défense successifs en un an), les “réformateurs” se saisirent de l’un des concurrents du programme de démonstrateur technologique LWF (Light Weight Fighter, – budget de $72 millions pour deux démonstrateurs fabriqués en deux exemplaires) ; la bureaucratie de l’USAF avait lancé le programme LWF à l’insistance du bureau du secrétaire à la défense à la recherche d’économies, et elle comptait bien l’enterrer aussi sec et à jamais. Le démonstrateur kidnappé par les “réformateurs”, c’était le YF-16 de General Dynamics, qu’ils parvinrent à imposer comme prototype d’un avion de combat léger, pas cher et très performant, – les trois vertus que hait littéralement la bureaucratie du Pentagone. Ils réussirent leur coup et le YF-16 devint le F-16 ; très vite, les “réformateurs” furent éliminés et la bureaucratie prit sa revanche en faisant du F-16 initial de 23.000 livres l’avion de combat chargé comme un bœuf qui frôle les 50.000 livres dans ses dernières versions. Bref, Sprey sait ce dont il parle et s’est institué, avec Wheeler et quelques autres, comme l’ennemi public n°1 du JSF, quintessence de la bureaucratie-Système du technologisme.

L’interview vaut citation, sans aucun doute, pour entendre Pierre Sprey nous expliquer que le problème du canon de 25mm, c’est bien plus, énormément plus (voir l’iceberg) que le problème du canon de 25mm …

Russia Today : «The F-35 fighter jet has been strongly criticized. Is that warranted do you think?»

Pierre Sprey : «The F-35 is in serious trouble, the latest is over the gun system. It is being reported that is due to a computer glitch – that is a severe understatement. What it is really due to is two things: one, the disaster of ridiculously over-complex computer software system; and two, the fact that the gun itself is mainly for the purpose of close support and close in the air combat and the air force does not think that either of those are important.

»In fact they think that close support is so unimportant that they are willing to cancel their present A-10 airplane. They’d like to wipe it out immediately, as soon as possible. And it is the best close air-support plane in the world. And they’ll promise that “well, later, sometime later the F-35 will replace it, we don’t know quite exactly when.” But the problem with the gun is real. And it is very much a part of the overall problem of the software disaster. The software is so complicated that the air force has planned it in five different blocks. And right now, they are simply flying the first block. And still having trouble with that one.

»They are struggling to get the second block to work by the end of this for a kind of phony demonstration of the first operational squadron for the Marines. They may well not even be able to get the second block working. The third block is supposed to come in 2016 for another phony demonstration of the first squadron of the Air Force. And then the fourth block, which the first block that even provides for the gun, that even allows you to shoot the gun, is not due until 2019. And we won’t know whether that block of software is working till the end of that year.

»So for now, for the next four years, we have no possibility of shooting the gun, and it is the single most important weapon for close support and for close in-air combat. Needless to say the airplane is incapable of doing either one of them at all without the gun. And even after the gun works, if it does, which we don’t know, the airplane will be hopelessly incapable of close support and probably worse at close-in dogfight than the 1960s MIG-21.»

Russia Today : «There are three versions of the plane – do all of them have this computer glitch?»

Pierre Sprey : «Well, all of them have it. The only reason you are not hearing about the Navy problem with the software, is the Navy does not even have the gun. Two versions – the Air Force F-35A and the F-35B for the Marines have a gun – very important to both if they could do those missions. But it is not that it is a glitch that has suddenly arrived and said, “Oh, we were going to have a gun, we won’t have one till 2019” – they never even planned to have software to have the gun work until 2019.

»And they are so far behind schedule, it is amazing. Since the beginning of the software engineering every year they’ve been losing six months of schedule. So they are supposed to advance a year – every year they lose six more months. So when they promise 2019 for the fourth version of this software that might be able to shoot the gun, it is very likely that it will be another year or two later than that. This is a promise simply based on the current schedule which they’ve never held.»

Russia Today : «Are the guns really that important? Is this a major drawback?»

Pierre Sprey : «The guns are absolutely essential for two reasons. In close support it is the single most important weapon because when your troops are in the most trouble, when they are about to be overrun by enemies that are 40, 30, 20 or even 10 meters away – there is no other weapon that works. If you tried to drop laser guided bomb in that situation you are as likely to kill your friends as the enemies. Only the gun can be brought in that close to friendly troops to get them out of trouble. So in the deepest emergencies, the gun is the most important thing. But the air force has no interest in supporting troops. It has no interest in close support. So that is why they have scheduled the software that couldn’t even possibly shoot the gun so late in the program – because they are struggling with other enormous problems and they don’t care for close support.

»Whether this airplane does it or not – does not matter. They’ll just promise it will do it and let’s cancel the A-10 that does it today superbly. Let’s cancel that right away and we’ll wait for a while, maybe the F 35 will work and maybe it won’t.»

Russia Today : «What impact will it have on the F-35 program? Now when it is known the jet will not be fully operational until at least 2019 – is there a chance that the Pentagon will abandon it altogether?»

Pierre Sprey : «Not unless there are some enormous embarrassment. So far they are spending as much effort on public relations to try to smooth the overall problems they’ve been having in actually engineering and designing the airplane. So unless there is some terrific series of crashes, I think, for the meanwhile, there is no chance that they will cancel the program. I do predict that they will have that much trouble within the next few years, and that we will never see them build more than 500 of these airplanes. That the airplane will become technically such an embarrassment that they’ll pretend they did not really need it anyhow, and that “it’s alright we have a better idea, we are working on a new airplane and forget about the F-35.”

»That is exactly what they did with the F-111, which was equally a huge technical embarrassment and all the sudden the airplane wasn’t that necessary and instead of building 1,500 we only built 500. I think that is the scenario you will see for the F-35. Out of embarrassment in the next five years, they’ll simply walk away from it.»

Pierre Sprey se fait ici le commentateur évident d’une catastrophe annoncée depuis si longtemps que personne n’y prend plus vraiment garde. Une mesure que le Pentagone devrait prendre, ce serait d’allouer un emplacement à la Smithsonian Institution, section musée à la gloire des ailes du système de l’américanisme, pour y installer les trois versions du JSF (F-35A, B et C), de façon à ce que cet “avion de combat du siècle” soit déjà au musée des gloires passées avant seulement d’avoir existé, – puisque, en vérité, il n’existera jamais. La formule de Sprey est superbe, qui correspond à un sorte de “théorie de l’écrevisse” : chaque année de travail de développement supplémentaire du software du JSF représente automatiquement six mois de recul du développement du programme, – plus le JSF avance, plus il recule … (“Et ils sont si en retard sur leur programme. Depuis le début du travail de développement du software, chaque années de plus ils perdent six mois de plus. Ainsi, alors qu’ils sont supposés avancer d’un an, – chaque année qui passe ils reculent de six mois.”) (Voyez notre texte sur “L’entropisation de l’écrevisse”, du 11 octobre 2012, où il est notamment question de la façon dont le JSF progresse en reculant, cela placé dans un contexte général où cette méthode-Système se retrouve dans nombre de domaines.)

Sprey parle d’or lorsqu’il situe la question du canon dans le vaste, l’énorme problème du software qui engloutira le JSF dans les effluves glauques et insaisissables du système du technologisme en processus d’effondrement absolument accéléré. Il sait depuis longtemps que le software est le piège final qui achèvera de consumer le JSF dans les flammes de l’enfer de l’inversion, du progrès devenu contre-progrès comme notre civilisation est devenue contre-civilisation … Citons ce que nous écrivions le 17 janvier 2013 sur “la minutieuse comptabilité du désastre” :

«Cette affaire du software de l’avion, qui est en elle-même une “crise dans la crise”, constituera sans aucun doute la phase fondamentale et décisive du calvaire. La date de 2017 avancée pour sa résolution est, dans l’hypothèse optimiste où la crise est résolue et le software mené à bien, évidemment complètement irréaliste. Donc, l’optimiste parlerait plutôt de 2020, au mieux, pour fixer la date où l’on pourrait envisager des JSF opérationnels pour les années suivantes… Le pessimiste, c’est-à-dire le réaliste (ou “l’optimiste bien informé”), sait bien, lui, que cette crise ne sera pas résolue, et que le JSF n’aura jamais sa “suite électronique” qui est un cas en pointe de l’impasse du système du technologisme ; c’est-à-dire que le JSF n’atteindra jamais son niveau d’opérationnalité requis. Entretemps, comme on a déjà commencé à le faire, on conclura officiellement, comme on le sait déjà, que le niveau opérationnel de l’avion est totalement inadéquat et insuffisant, presque un pas en arrière par rapport à ce qui précède, – aussi l’impossibilité de jamais atteindre ce niveau serait-elle presque une bonne chose…

»Aujourd’hui, le point le plus intéressant est l’enchaînement du Pentagone à un programme dont tout le monde sait qu’il est une catastrophe qui ne fournira jamais un avion de combat utilisable. Plus qu’enchaînement, on parlerait d’une “addiction” presque pathologique, parce qu’elle est subie alors que le sort irrémédiable du programme est compris par tous. Les USA n’auront jamais que des JSF “d’exposition”, sans la moindre capacité opérationnelle novatrice bien entendu, et sans doute sans la moindre capacité effective tout court. Que cela soit dit in fine, haut et fort, comme dans le cas de Gilmore, rend encore plus pathétique et tragique l’incapacité du Pentagone de prendre la seule décision qui s’imposerait pour sauver ce qui peut l’être encore, – qui est l’abandon du programme et le lancement en catastrophe de programmes de remplacement, F-15 et F-16 améliorée pour l’USAF (la Navy ayant pris, elle, ses dispositions pour faire sans ce JSF dans lequel elle n’a jamais cru).

»Le sort du JSF n’a plus guère d’importance parce qu’il est scellé. Ce qui est fascinant, explosif, presque sublime, c’est de suivre l’apparition des prémisses des effets absolument catastrophique et incontrôlables de la poursuite de ce “programme”, sur l’équilibre de la puissance US, sur l’équilibre même du pouvoir à Washington avec des facteurs tels que la pression de la dette et la catastrophe budgétaire, l’attitude du Congrès, l’arrivée de Hagel au Pentagone, sur le sort même du système du technologisme confronté aujourd’hui à sa phase d’impuissance et de paralysie. L’incapacité du Système à se débarrasser de cette branche pourrie qui pourrait infecter l’arbre dans son entièreté, la fascination qui nourrit cette incapacité, constituent un des exemples les plus achevés du couple équationnel surpuissance-autodestruction constitutif aujourd’hui de l’activité du même Système.»

Le chiffre hypothétique lancé par Sprey de 500 exemplaires produits en tout d’un programme destiné aux poubelles technologiques de l’histoire finissante du Système nous paraît assez raisonnable. (En 1999, Lockheed Martin et le Pentagone prévoyaient, d’une même voix émouvante et vibrante à la fois, un minimum de 6.000 exemplaires dominant les cieux du monde enfin mis sur sa bonne voie jusqu’autour de 2075.) L’aspect le plus cocasse de cette catastrophe type Marx-brothers serait certainement la question des exportations. Si l’on imagine, pour la beauté du récit, qu’en Belgique le lobby US-flamand arrivait à forcer à une commande de JSF, on leur promet la livraison d’au moins deux tiers de F-35, un tiers parlant flamand et l’autre tiers purement wallon et francophone, avec la région bruxelloise à la barre pour contrôler le software fonctionnant aux moules-frites.

Bref, c’est le Progrès majusculé … Quant à attendre un successeur-remplaçant au JSF/F-35 frappé d’incapacité motrice, on imagine (continuons) qu’il sera pire encore que son prédécesseur. L’USAF devra alors songer à picorer quelques Su-30MKI de-çi de-là (surtout pas des Rafale, horreur, qui raterait ainsi sa première commande à l’exportation si l’Inde concrétise son tournant vers le même Su-30MKI.)

Mis en ligne le 4 janvier 2015 à 12H35

http://www.dedefensa.org/article-l_effet-syst_me_sur_le_jsf_d_monstration_par_le_canon_04_01_2015.html

Alleluia : le divin Rafale est né

Par Philippe Grasset – Le 27 mai 2015 – Source dedefensa

Imaginez-vous l’USAF envisageant d’acheter le Rafale?

Commençons par remuer nos archives… Il y a un peu plus de huit ans, une crise menaçait de toucher le contingent des F-15 de l’US Air Force et des conversations diverses animaient les milieux de l’USAF, du Pentagone, des lobbies autour de ce beau monde, etc., pour le cas où cette crise ne pourraient être réduite d’une façon satisfaisante. La crise était d’autant plus aiguë que le F-22 était lui-même en crise et que le JSF/F-35 commençait de plus en plus à prendre son temps… Qu’allait-on faire si la crise des F-15 se confirmait, en attendant que la crise du F-22 soit évidemment résolue puisque l’avion est US et que tout ce qui est US résout ses crises, et que le JSF surmonte évidemment ses difficultés, entre en service triomphalement et domine les airs tout au long du XXIe siècle puisque l’avion est US. Voici que nous écrivions alors (le16 février 2008)…

«La situation est si peu ordinaire que la chronique de “Air Force Magazine” mentionne, sans sourire semble-t-il, que les planificateurs de l’USAF ont même envisagé l’achat de chasseurs étrangers, – y compris le Rafale français. (D’où notre titre, où nous nous permettons d’omettre le Typhoon, pour rattraper un tout petit peu des innombrables fois où la presse anglo-saxonne omet de mentionner le Rafale français parmi les chasseurs “de 5ème génération” disponibles sur le marché des avions de combat.)

« Des officiels de la Force aérienne ont dit qu’il serait presque impossible d’acheter un avion de combat tel que le Rafale français ou l’Eurofighter Typhoon, et en tout cas, le service se voudrait le meilleur disponible. a déclaré le Major General. Paul J. Selva, planificateur stratégique de la Force aérienne, lors d’un séminaire sur le transport aérien au Capitole. Pensez à l’émotion dans cette salle lorsque [les dirigeants de l’USAF] parlent d’avoir à louer [aux russes et en ukrainiens] des avions Antonov pour transporter nos blindés parce que nos C-5 ne fonctionnent pas. Maintenant, pensez à l’émotion dans cette même salle si nous devions dire, ‘Nous allons acheter des Sukhoi [ou des Rafales] comme avions de chasse.‘« »

»Tout cela est-il sérieux? Il nous semble bien que oui. (La remarque sur l’USAF utilisant des Antonov russes parce que ses C-5 ont des problèmes n’est pas fabriquée, le cas s’est effectivement présenté.) Les spéculations dramatisent évidemment la situation mais cette évocation de l’hypothèse extraordinaire d’un achat de chasseur non-US de première ligne mesure la gravité de la situation. L’USAF (comme les autres services armés US) est écartelée entre des exigences de missions très contraignantes (les problèmes survenus aux F-15 ont été aggravés par l’usage intensif des avions de combat sur divers théâtres depuis 1990) ; des coûts très élevés ; des difficultés considérables de développement ; l’encombrement des chaînes de production pour l’exportation… C’est une nouvelle sorte de “désarmement structurel” que risque l’USAF (comme les autres services), par épuisement des matériels, des ressources et des capacités industrielles, à cause d’une politique extérieure presque uniquement fondée sur l’utilisation de l’outil militaire.»

… Nous avouons avoir nous-même ajouté, dans la dernière phrase de la citation en anglais, le “[or Rafale]”, ce qui est justifié par la remarque de Air Force Magazine où le Rafale était effectivement cité parallèlement au Soukhoi Su-35… Mais pour en finir avec la situation évoquée à cette époque : la crise du F-15 a été finalement résorbée tant bien que mal, mais l’appareil vole avec de très sévères limitations de vol, ce qui réduit ses capacités en combat aérien à des normes effarantes, réduction de près de 50% de sa valeur dans ce domaine ; quant à la crise du F-22, elle ne fut jamais résolue et l’avion est limité à 180 exemplaires qui opèrent, eux aussi, avec des limitations de vol draconiennes ; quant au JSF/F-35, hein, vous savez ce qu’il faut en penser au milieu des fous-rires inextinguibles (voyez par exemple le 13 mars 2015) puisque l’avion est devenu une crise en soi et promis à rester l’archétype de la folie autodestructrice du système du technologisme. Cela signifie que, fort logiquement puisque rien n’a contenu ni arrêté la crise, la situation évoquée en 2008 est bien pire aujourd’hui.

C’est tout l’objet implicite d’une déclaration faite par le général Mark Welsh, chef d’état-major de l’USAF, faite à Fox News (le 26 mai 2015). De cette déclaration composée d’une façon assez incohérente, ou volontairement incohérente, il ressort que la crise générale de l’USAF, dont l’article de 2008 cité est un élément, existe toujours, qu’elle est irrésolue, qu’elle s’est aggravée, qu’elle devient extrêmement pressante et ainsi de suite… (Nous analysons d’une façon plus générale, ce même 27 mai 2015, les déclarations de Welch, en les décryptant assez aisément, pour pouvoir dresser un état des lieux catastrophiques de l’USAF, et envisager l’avenir …)

Dans le cours de l’interview, haché comme toutes cette sorte d’intervention à la télévision, Welsh parle beaucoup du fait que l’inventaire de l’USAF va être ou est en train d’être rejoint sinon dépassé par les avions russes et chinois, – sauf, dit-il d’une façon assez humoristique pour nous, pour le F-22 et le F-35 qui restent indépassables. Puis vient une dernière phrase citée par Fox News et dite par le général, où il est à nouveau question de ces avions non-US qui sont en train de supplanter ceux de l’actuel inventaire de l’USAF, et il dit ceci, – avec un mot en plus, un mot rarissime, un mot qui en dit si long… (Nous le soulignons de gras puisqu’il en dit si long, pour qu’il en dise encore plus long.)

«Et il n’y a pas que ça qui est cuit. La flotte vieillissante d’avions de chasse – autres que le F-22 furtif – pourrait bientôt être dépassée par les avions de guerre russes, chinois et français. L’écart, entre eux a été comblé »

… Quand un officiel du Pentagone ou alentour est branché en mode-autopilote-JSF (quand il parle spécifiquement du JSF, et non accessoirement comme Welsh le fait ici), les petites cases du cerveau s’ouvrent et se ferment parallèlement selon le programme prévu et la narrative excluant absolument l’existence du Rafale est la seule autorisée. A ce moment, le Rafale est, selon le titre que nous donnions à notre F&C du 7 mai 2015, un “non-être”. La déclaration de Welsh, elle, ne dépend pas exactement de cette narrative, mais de celle qui est intitulée “l’USAF est en pleine crise face aux ennemis russes et chinois, il nous faut des centaines de $milliards supplémentaires”. Là non plus, en général, le Rafale n’existe pas, de façon plus logique pensera-t-on, et il reste un “non-être” ; mais au contraire, voilà que, brusquement, le Rafale est cité. (Puisque, bien entendu, il faut entendre Rafale pour “French warplanes”.)

Dans notre connaissance mémorielle des activités communicationnelle du personnel-robot du Pentagone et de l’USAF, une telle citation est tout simplement extraordinaire, car la condition de “non-être” du Rafale que nous avons signalée plus en détails pour la narrative-JSF est en fait une constante de toutes les narratives au niveau officiel. Dans cette intervention qui portait sur les “ennemis” et leurs productions, le discours aurait dû s’en tenir aux avions russes et chinois ; la citation du Rafale est un lapsus du type révélateur marquant sans doute la connaissance des derniers (et premiers) succès à l’exportation du Rafale, qui pourrait nous dire que la France est toujours considérée comme “ennemie” (il y a un peu de cela, à notre sens, mais pas seulement), ou qui pourrait bien nous dire autre chose. Dans le cas de cette seconde hypothèse, il s’agit de la conscience extrêmement dissimulée, à la limite de l’inconscience, du général Welsh qu’en fonction de toutes les données disponibles la crise de l’USAF est vraiment très profonde et que dans le cas du pire (l’évidence de la situation du JSF), il faudrait bien envisager des solutions jusqu’alors impensables, absolument extraordinaires, d’un achat d’un avion d’armes non-US puisque dans l’esprit de l’USAF vient de s’imposer l’évidence que la vieille génération (F-15 et F-16) est dépassée justement par des avions non-US. On en reviendrait à notre titre du texte référencé de 2008 («Imaginez-vous l’USAF devant choisir entre le Rafale et le Soukhoi Su-35?»), en excluant plus que jamais les Soukhoi pour cause d’excommunication de la Russie et de l’ensemble Russie-Chine, et en observant que Welsh n’a même pas daigné citer le Typhoon parmi les avions qui s’affirment aujourd’hui, – ce qui n’est pas mal vu et indique dans quelle estime les généraux US tiennent ce fer à repasser anglo-européen. Reste le Rafale, ce qui ouvre des perspectives où l’ironie autant que le surréalisme trouveraient leur place.

Si non è vero, è ben trovato, – cela dit, en italien dans le texte, en observant que “la vérité” est aujourd’hui une matière bien insaisissable, et que le ben trovato pourrait bien en tenir lieu pour nous annoncer une vérité qu’on pourrait croire bien incroyable mais qui pourrait s’avérer après tout faisable.

Philippe Grasset

Partie anglaise traduite par jj pour le Saker Francophone

Publicités