Doneck_1_1_opt

Les aéroports internationaux de l’époque soviétique sont conçus comme des forteresses défensives souterraines. L’aéroport de Donetsk ne fait pas exception à cette règle. L’ancien terminal a été construit avec du béton renforcé sur trois niveaux souterrains. L’aéroport dispose de bunkers anti-nucléaires, et de 64 kilomètres de tunnels reliant Peski, Avdeïevka et une base militaire. Les détails exacts de son architecture souterraine sont inconnus des FAN, car ils n’ont jamais été rendus publics et ne sont connus que du commandement militaire ukrainien. Kiev a continué l’envoi d’unités spéciales par ces tunnels à l’aéroport, où ils « ont été traités en conséquence », selon les FAN. Les tunnels s’étendent sous les pistes. La tour de contrôle est également reliée aux bunkers souterrains. Elle a été au centre des combats, en raison de son utilité pour le réglage des tirs. Une fois que la tour a été prise, l’artillerie ukrainienne dans Peski et Avdeevka est devenue aveugle.

Voici des photos du réseau souterrain similaire se trouvant sous l’aéroport de Moscou. Il est probable que celui de Donetsk lui ressemble beaucoup : LIEN

26 Mai 2014 : Première bataille de l’aéroport de Donesk

28 Septembre 2014 Seconde bataille de l’aéroport de Donesk

16 et 18 janvier 2015 : Kiev perd l’aéroport de Donetsk, un revers majeur

L’armée a évacué, jeudi, le terminal qu’elle tenait depuis mai alors que les lignes de front bougent de nouveau vers l’ouest

Ukraine de l’est

Ils auront tenu 236 jours. «Plus longtemps que le siège de Stalingrad», comme l’a souvent souligné avec emphase la presse ukrainienne, extatique devant les exploits des «cyborgs», le surnom des défenseurs de l’aéroport de Donetsk dans l’opinion publique ukrainienne. Au cœur de l’automne, ils n’ont parfois pas été plus de cent, voire quatre-vingt, soldats de la 93e brigade mécanisée de l’armée ukrainienne, mais aussi des combattants du Corps des volontaires ukrainiens, la branche armée du groupe nationaliste radical Pravyi Sektor, à défendre le terminal principal de l’aéroport de Donetsk, inauguré avant l’Euro 2012 de football, et réduit en ruine au fil de mois de combats.

Mais mercredi soir, les derniers soldats ont dû battre en retraite, à l’issue de la bataille d’artillerie et de tanks la plus violente qu’ait connue l’Ukraine de l’est depuis le début de la guerre du Donbass, face à un ennemi à la puissance de feu supérieure, et peut-être aussi face aux erreurs d’appréciation de l’état-major ukrainien. C’est dans la nuit de mercredi à jeudi que la rumeur d’un «repli tactique» ou d’une «débâcle», selon les termes utilisés, aura essaimé sur les réseaux sociaux, largement nourris de témoignages de volontaires assistant l’armée et de combattants en rotation, donnant leur version des faits. Jeudi matin, Vladislav Seleznyov, un porte-parole de l’opération antiterroriste ukrainienne l’a confirmé lors d’une déclaration. «Nous avons pris hier (jeudi) la décision de quitter le territoire du terminal de l’aéroport pour de nouvelles positions», a-t-il déclaré. Les soldats ukrainiens avaient essuyé depuis Noël plusieurs offensives de la part des forces prorusses massées dans Donetsk. Samedi dernier, alors que l’armée allait perdre la totalité de l’aéroport, l’état-major ukrainien a lancé une contre-offensive: une colonne d’une dizaine de chars a repris le contrôle d’une partie de la zone aéroportuaire.
«On va se battre»

«La première partie de l’opération a parfaitement marché, nos ennemis ont été repoussés vers Donetsk, estime un volontaire proche des forces ukrainiennes, George Tuka. Mais nos soldats n’ont pas pu garder ce territoire.» Il avance plusieurs explications. «Sur dix chars envoyés en renfort, seulement deux sont arrivés à l’aéroport», dit-il, alors que des soldats signalent des «pannes» sur les blindés mis en action. Ensuite, il y avait un «brouillard épais», une «visibilité de 10 mètres». Par ailleurs, les combattants prorusses qui avaient pris position à certains étages du terminal de l’aéroport en ont dynamité les piliers: une dalle de béton s’est effondrée, tuant ou blessant plusieurs soldats.

Mercredi, au moins huit soldats de l’armée ukrainienne ont été faits prisonniers par les prorusses dans la zone aéroportuaire. En fin de journée, on apprenait que Dmytro Yarosh, le chef du groupe nationaliste radical Pravyi Sektor, député du Parlement ukrainien, qui combattait lui aussi sur le territoire de l’aéroport, avait été blessé au bras et au visage. Jeudi, les autorités séparatistes de Donetsk clamaient avoir pris possession de cette zone aéroportuaire. Mais si elles contrôlent le symbolique terminal, «les combats se poursuivent derrière l’aéroport», a confirmé au Figaro jeudi soir «Andreï», un cadre du Corps des volontaires ukrainiens, tout juste revenu de la bataille de l’aéroport.

Désormais, les forces ukrainiennes tentent de réorganiser leurs forces autour du village de Pesky, à l’ouest de l’aéroport, leur base-arrière durant les 236 jours de siège. Cette bourgade bombardée en permanence depuis des mois est la clé de l’arrière-pays nord-ouest dont les rebelles prorusses cherchent à s’emparer. Les combats devraient s’y poursuivre dans les prochains jours. Jeudi, alors qu’il exhibait des «cyborgs» fait prisonniers sur les lieux d’un bombardement ayant fait 13 morts le matin, le président de la République populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, l’affirmait haut et fort: «Il n’y a pas de cessez-le-feu. On va se battre. Je vous le promets.»

1301-ukrainephotos

10478534_622811431156699_7818226797376697203_n

Face à face :

Contre attaque ukrainienne pour sortir leurs soldats.

La vidéo ci dessous se passe de commentaires :

Des prisonniers : ( extrait de la vidéo suivante )

Vidéo complète sous-titres en anglais (certaines images censurées)

Dans le titre il y a comme un reproche au Givi pour exhiber des POW prisonniers de guerre. Mais s’agit-il de prisonniers de guerre ? Ne sont pas reconnus comme tels, les mercenaires , les soldats qui ne sont pas de l’armée régulière et ne respectent pas le cessez-le-feu. Eux mêmes ne respectent pas les conventions internationales en massacrant des civils.

Un des prisonniers explique qu’ils ont été trahis par leur commandement qui les aurait envoyé pour récupérer des blessés avec des engins de transport de troupe blindés vide , car ils ne voulaient plus combattre. En fait ces engins blindés n’étaient pas vides, mais remplis de combattants déterminés. Ils se sont fait étriller par les bataillons de Givi , Motorola et ???

La même vidéo complète 20′ sous titres en russe images non censurées : C ‘est violent ! mais c’est tout ce que méritent ces fumiers après avoir vu les femmes et les enfants du Donbass par les bombardements. Auriez-vous eu la même compassion pour les nazis d’ Oradour sur Glane ?

Ce colonel – nazi revendiqué – s’était présenté aux dernières élections législatives en Ukraine sur la liste de Pravy Sector [Secteur Droit, parti néo-nazi]

http://gaideclin.blogspot.fr/2015/01/quelle-est-la-situation-en-ukraine-et.html

Publicités